• Publication (fiche article uniquement),

Construire la peine dans les murs

Architecture et spatialité des nouvelles prisons

Publié le 2 mars 2018 Mis à jour le 8 novembre 2018

"«Déshumanisantes», «sécuritaires», «lieux de confort» : les jugements hâtifs et caricaturaux ne manquent pas sur les nouvelles prisons. Pour tenter de les dépasser et plutôt que de rechercher le sens de la peine, l’auteur propose de s’interroger sur certaines des pratiques auxquelles donne lieu la peine privative de liberté.

"«Déshumanisantes», «sécuritaires», «lieux de confort» : les jugements hâtifs et caricaturaux ne manquent pas sur les nouvelles prisons. Pour tenter de les dépasser et plutôt que de rechercher le sens de la peine, l’auteur propose de s’interroger sur certaines des pratiques auxquelles donne lieu la peine privative de liberté.
Au travers de l’étude de la plani cation et de l’administration de la peine, ce livre tente de comprendre comment les discours, l’architecture et les pratiques des acteurs du champ carcéral se combinent pour construire la peine dans les murs ; et dans ces conditions, est-ce que la peine élaborée dans les nouvelles prisons illustre l’émergence d’une nouvelle rationalité punitive ?
Sous l’angle de l’architecture et de la spatialité, Construire la peine dans les murs met en lumière les transformations de l’institution carcérale et la réorganisation de l’espace et du temps de la peine autour de la notion de parcours. En s’appuyant sur les outils proposés par Michel Foucault et Michel Lussault, c’est une nouvelle géopolitique de l’espace carcéral que propose cet ouvrage.
"




Sommaire : 

La planification de la peine

La définition du programme immobilier par la politique pénale
L’individualisation des peines dans les murs
L’objectif de prévention de la récidive dans les murs

Le processus de création des établissements pénitentiaires
La détermination de la politique architecturale
Le pilotage de la production architecturale

L’administration de la peine

Le dispositif géopolitique de contrôle et de surveillance
La maîtrise des flux par la segmentation de l’espace .
La surveillance par les technologies du regard

L’utilisation différentielle des ressources spatiales
L’individualisation des régimes de détention par la spatialité
L’appropriation de l’espace par les acteurs spatiaux


Référence : Francis Habouzit, Consuire la peine dans les murs. Architecture et spatialité des nouvelles prisons, Presses Universitaire de Paris Nanterre, Sciences juridiques et politiques, Nanterre, 2018, 137 p.  

ISBN : 978-2-84016-290-2


Mis à jour le 08 novembre 2018